Rénovation: des fenêtres mises à jour!

Améliorations de l’étanchéité du bâtiment W*

L’aspect actuel du château de Chillon doit beaucoup à l’importante campagne de restauration menée entre 1890 et 1930. C’est à cette époque notamment que les façades donnant sur le lac ont été restaurées. L’architecte du château de l’époque, Otto Schmid, a reconstitué les fenêtres médiévales, modifiées ou murées aux XVIIIe et XIXe siècle. Pour équiper ces baies, Otto Schmid a dessiné et fait construire des volets intérieurs en chêne, partiellement ajourés avec des vitraux blancs, se fermant directement contre la maçonnerie. Ces fermetures néo-médiévales sont cohérentes avec les maçonneries médiévales restaurées, mais elles ont l’inconvénient d’être très peu étanches en cas de pluie battante.

Le système mis en place a fonctionné plus ou moins convenablement tout au long du XXe siècle. Mais le réchauffement climatique que nous vivons actuellement a pour effet d’augmenter la violence des phénomènes météorologiques. Le château de ChillonTM a vécu des orages extrêmes à plusieurs reprises entre 2018 et 2020, avec une pluviométrie très importante, accompagnée de vents d’ouest tempétueux. Le micro climat local fait que ce sont les façades nord-ouest du château qui sont les plus éprouvées lors de ces évènements météo. Les volets intérieurs laissent alors passer beaucoup d’eau, provoquant des inondations localisées dans les salles.

Légendes des photos

Photo 1 : vue d’une fenêtre du bâtiment W après travaux

Photo 2 : datée du 20.04.1899 montrant l’état des fenêtres de W après leur démurage

Photo 3 : vue extérieure du nord-ouest du château, prise le 10.03.2020

Photo 4: Antoine Graf, lors de l’événement “Visite de chantier” à Chillon en 2019

Face à cette situation dangereuse pour la conservation du château, une campagne d’amélioration de l’étanchéité des fenêtres a été lancée. Le corps de bâtiment W*, le plus gravement concerné par le problème, a été choisi pour une première étape de travaux.

 

Les volets intérieurs créés par Otto Schmid font partie intégrante du monument historique et sont bien sûr à conserver. Les mesures d’amélioration réalisées respectent complètement l’aspect intérieur des fenêtres, tout en résolvant les plus gros défauts d’étanchéité. Des joints compressibles ont été mis en place sur la face extérieure des volets, complétés par un profil de renvoi d’eau posé sur la tablette de fenêtre. Le blocage mécanique des volets a été localement amélioré, pour faire plaquer la menuiserie contre la maçonnerie. Les parties pourries des menuiseries ont fait l’objet d’empiècements localisé ou de remplacement partiel.

 

Les vitraux ont aussi été restaurés. Le masticage des panneaux, partiellement défaillant, a été refait. La fixation des panneaux dans les volets a aussi été améliorée, pour une meilleure étanchéité.

 

La pierre de taille formant l’encadrement des baies nécessite aussi une restauration. Mais ces travaux lourds devront attendre une autre campagne, qui verra le montage d’échafaudages. L’opération d’amélioration sur les fenêtres a été accompagnée uniquement de petits rhabillages provisoires des tablettes avec du mortier.

L’effet de ces mesures constructive a d’abord été testé avec succès sur l’une des fenêtres en 2019, avant d’être étendu à l’entier de la façade du bâtiment W* en 2021.

La campagne d’amélioration de l’étanchéité des fenêtres s’étendra progressivement à toutes les façades lac du château ces prochaines années.

Pour financer les travaux de restauration, la Fondation dispose d’un fonds issu de la vente de son vin, le Clos de Chillon et parfois, de subsides d’associations bienfaisantes. Pour ces travaux d’étanchéité des fenêtres, la Fondation a obtenu des subventions fédérales et cantonales.

 

Antoine Graf, architecte de maintenance de Chillon et de graf + rouault architectes

*Quelle est cette lettre « W » mystérieuse ?

La « Camera Nova » fait partie du bâtiment dit « W ». À Chillon, les noms des salles sont suivis d’une lettre qui fait référence à la nomenclature du château, provenant de l’archéologue cantonal Albert Naef (1862-1936). Ceci permet de distinguer les nombreux corps de bâtiment, groupés autour de 5 cours et d’un donjon central. Comme celle du dessus, cette pièce du bâtiment « W » était destinée aux Savoie à la fin du XIVe s. Elle était appelée Camera Nova Juxta Magnum Pelium, c’est-à-dire la nouvelle salle à côté du grand poêle. Plus récemment, on l’a aussi nommée salle du comité, car le comité de l’Association pour la restauration de Chillon s’y réunissait dans les années 1930. Cette association fondée en 1887 s’est occupée, avec l’appui de l’État de Vaud, de la restauration et de l’exploitation du château jusqu’en 2002, date à laquelle lui a succédé la Fondation du Château de Chillon.

Billetterie en ligne