Lieux incontournables

LOCALISATION
Cave/Dépôt/Prison/Poterne, salle n°5-9

Souterrains

L’architecture de ces souterrains rappelle celle des grandes cathédrales gothiques du XIIIe siècle. Il s’agit de l’une des spécificités de Chillon.

Ce magasin d’approvisionnement de vivres et d’armes a été transformé en prison, autour de 1290, sous Pierre II de Savoie, surnommé le petit Charlemagne. La geôle est faite de pierre brute de l’île sur laquelle le château a été bâti et de voûtes gothiques travaillées par les bâtisseurs du Moyen Âge. Toute la forteresse repose sur les piliers de molasse qui dateront bientôt de 1000 ans. Tout un art !

C’est certainement la partie du château qui stimule le plus l’imagination : d’innombrables légendes sont nées en ces lieux, dont la plus connue est celle de Bonivard. Il revient à Lord Byron d’en faire le héros de son poème « Le Prisonnier de Chillon » au XIXe siècle.


CHILLON le 15.02.05 Exposition permanente
” les oubliettes “
© Edouard Curchod

LOCALISATION
1ère Cour, salle n°3
2ème Cour, salle n°12
3ème Cour, salle n°25
4ème Cour, salle n°34

COURS

Quatre cours se succèdent depuis l’entrée: la “basse-cour” où devait régner la plus grande agitation, puis la cour du Châtelain, la Cour d’honneur qui était réservée aux comtes, puis aux ducs de Savoie et à leur suite, puis la cour de courtine.

Aujourd’hui, des spectacles et des animations y sont régulièrement organisés.

La première cour

La première cour était entourée des services du château. A l’origine, cette cour n’était pas si vaste. Le lieu ne fut aménagé comme tel qu’après le tremblement de terre de 1584.

La deuxième cour

Le passage entre la première et la deuxième cour était beaucoup plus étroit à l’origine. Il a été agrandi en 1836 pour permettre le passage de canons. Au Moyen Âge, l’administrateur du château, un officier savoyard appelé châtelain, logeait dans les bâtiments autour de la cour. Le donjon érigé au centre de la fortification au XIe s. est le plus ancien bâtiment encore visible aujourd’hui à Chillon.

La troisième cour

La troisième cour, dite cour d’honneur, était entourée des appartements privés des Savoie.

La quatrième cour

Enfin, la quatrième cour, dite cour de courtine, est entièrement conçue pour la défense et pour commander l’ancienne route: murs épais, ouvertures étroites (archères et meurtrières par exemple) et éléments d’architecture défensive tels que hourds, mâchicoulis et glacis.

Aujourd’hui, des spectacles et des animations y sont régulièrement organisés.

LOCALISATION
Aula Magna, salle n°26
Salle du Châtelain, salle n°13
Domus Clericurum, salle n°31

GRANDES SALLES

Le château possède trois grandes salles d’apparat, dont les fenêtres ouvrent sur les merveilleux paysages lémaniques.

Les Savoie y organisaient de somptueux banquets, alors que les Bernois y rendaient aussi la justice.

Découvrez nos salles: l’Aula Magna, la Salle du Châtelain ou encore la Domus Clericorum

Il est possible de passez un moment inoubliable au château de Chillon™, en louant l’une de ses prestigieuses salles pour l’organisation de dîners, réceptions et concerts!

L’Aula Magna
Au Moyen Âge, les Savoie utilisaient cette salle comme salle de réception, de banquet et de fête. C’est ici qu’ils recevaient leurs vassaux et rendaient justice. Appelée “aula magna” ou “aula magna inferior” (grande salle inférieure) au XIIIes., elle devient la salle du moulin pendant la période bernoise, car on avait installé un moulin et un pressoir. A partir de 1839, on lui donna le nom de salle de justice. Les colonnes de marbre noir et les fenêtres côté lac datent du XIIIes. Le plafond et la cheminée sont du XVes.

La Salle du Châtelain
La restauration de cette salle au début du XXes. lui a donné un aspect médiéval. Ici, comme sur la plupart des murs du château, le décor a été peint à la détrempe à partir de modèles de la fin du XIIIes. Les colonnes en chêne sont des originales du XIIIes. Le plafond à caissons et la cheminée datent du XVes. Cette salle se trouve dans la partie du château jadis réservée à l’habitation, d’où les grandes fenêtres du XIIIes. À l’époque savoyarde, elle était utilisée comme salle à manger pour le châtelain. À l’époque bernoise, elle a été divisée en deux: une partie servit de cuisine, l’autre de salon.

La Domus Clericorum
Au XIIIes., la “domus clericorum” (la maison des clercs) abritait sur deux étages l’administration de la châtellenie de Chillon et du bailliage du Chablais. Ce bâtiment disparut au XVIe s., par effondrement ou par démolition. La salle des clercs à l’étage inférieur a été entièrement restaurée dans la première moitié du XXes. Des témoins de décor du XIIIes. permirent de reproduire les peintures sur l’ensemble des parois en 1947-1948. Les vestiges trouvés dans la salle de la torture ont servi de modèle pour peindre le plafond.

LOCALISATION
Chambre bernoise, salle n°16

CHAMBRE BERNOISE

Une chambre à coucher tout confort, sobrement décorée, avec un grand lit, chauffage, toilettes et même l’eau courante!

Utilisée comme chambre à coucher au Moyen Âge, cette pièce a vraisemblablement gardé la même fonction pendant la période bernoise.

Les décors bernois peints sur fond blanc et ornés de végétaux, de fruits et d’animaux, datent du début du XVIIe s.

LOCALISATION
Camera Domini, salle n°19

CAMERA DOMINI

La chambre la plus extraordinaire était évidemment réservée au comte de Savoie.

Des peintures murales du 14e siècle représentent un bestiaire riche en symboles.

La Camera Domini (la chambre du seigneur) était la chambre à coucher des comtes, puis des ducs de Savoie. Elle a été créée au XIIIe s. sous Pierre II de Savoie, puis complètement remaniée au XIVe s. Les décors peints datent de cette période-là.

L’escalier à vis créé vers 1336 permettait au seigneur du château de monter aux chemins de ronde ou de descendre à sa chapelle privée.

Les vestiges de peintures murales montrent des animaux au milieu d’une végétation luxuriante. Des fleurs de lys et des croix ornent le plafond. Ces dernières, qui font allusion aux armes de Savoie, sont découpées dans des feuilles d’étain.

LOCALISATION
Camera Nova, salle n°30

CAMERA NOVA

Cette salle, éclairée par de grandes fenêtres ouvertes sur le lac, dispose d’une impressionnante armoire en noyer datant de 1590 et d’un poêle aux armes de Lutry de 1602.

Cette pièce était destinée aux Savoie à la fin du XIVe s. Elle était appelée “Camera Nova Juxta Magnum Pelium”, c’est-à-dire la nouvelle salle à côté du grand poêle.

Plus récemment, on l’a aussi nommée salle du comité, car le comité de l’Association pour la restauration de Chillon s’y réunissait dans les années 1930. Cette association fondée en 1887 s’est occupée, avec l’appui de l’Etat de Vaud, de la restauration et de l’exploitation du château jusqu’en 2002, date à laquelle lui a succédé la Fondation du Château de Chillon.

LOCALISATION
La chapelle, salle n°24

CHAPELLE

La chapelle de Chillon est un petit joyau architectural.

Des peintures murales du 14e siècle en font l’un des rares édifices religieux du canton à avoir échappé au zèle iconoclaste des Réformateurs.

La chapelle Saint-Georges était la chapelle privée des contes puis des ducs de Savoie.

Les visiteurs ont tout loisir d’en apprendre plus sur l’histoire de ce lieu de piété privée des comtes et ducs de Savoie ainsi que sur les fresques qui la décorent, grâce à une borne qui vient compléter le dispositif audiovisuel.

Désaffectée à la Réforme, elle a servi de grenier puis de dépôt à poudres pendant la période bernoise. La chapelle renoua avec sa fonction première au XIXe s., en devenant le lieu de culte des détenus lorsque le château fut transformé en prison cantonale.

Les baies datent d’environ 1250 et les voûtes gothiques de la fin du XIIIe s. La décoration originale des parois et du plafond date du début du XIVe s. Entre 1914 et 1916, les peintures ont été systématiquement grattées, puis consolidées et restaurées, en particulier sur les parois où elles étaient les plus endommagées. Détériorées par des infiltrations d’eau, elles ont été en partie restaurées entre 1985 et 1995 et la plupart des repeints de 1914-1916 ont été supprimés-

Malgré leur aspect fragmentaire, ces peintures sont conçues comme un ensemble savant autour d’un sujet central, le Christ, pour satisfaire la demande de leur commanditaire, Amédée V. Leur répartition correspond aux principales divisions architecturales de la chapelle: les voûtes accueillent les figures de l’Ancien Testament, à l’exception de saint Jean-Baptiste, et les parois celles du Nouveau Testament.

LOCALISATION
Tour de défense, salle n°35
Tour de défense, salle n°37

DÉFENSES

Si du côté du lac, Chillon est une résidence princière toute dévolue aux fastes de la cour, le côté terre est une véritable forteresse .

Tours de guet, chemin de ronde, double enceinte, hourds, mâchicoulis, échauguettes, fossé … rien n’a été négligé pour parer à toute velléité d’attaque. Notre visite-atelier vous propose d’aborder le château sous ces deux thématiques: vie quotidienne au Moyen Âge
ou construire et défendre une forteresse.

La visite se veut ludique et participative. Les visiteurs découvrent les différents aspects du thème choisi à travers des objets à manipuler, des images à observer, des odeurs à sentir, des tissus à toucher, etc..

Choisissez votre thème préféré et réservez votre guide via le formulaire en ligne!

LOCALISATION
Salle Pierre II, salle n°17

SALLE PIERRE II

Dans cette salle désormais dévolue à Pierre II (1203 – 1268), un dispositif muséographique met en perspective le pouvoir dynastique et les états de Savoie. Cette pièce accueillait les hôtes à l’époque savoyarde.

Deux montages permettent de mieux saisir l’importance du «Petit Charlemagne» dans l’Europe du XIIIe siècle et l’extension territoriale de la maison de Savoie au fil du temps.

Les parties inférieures des parois sont peintes en grisaille sur fond blanc (1587). Au-dessus, on voit de très larges témoins du décor peint au XIIIe s. La cloison a été reconstituée en 1921.

Collaboration des châteaux de Chillon et de Ripaille avec le soutien du fonds Interreg

Trente kilomètres, c’est bien peu de distance ! Mais un lac et une frontière éloignent les châteaux de Chillon et de Ripaille qu’une histoire commune liait pourtant naguère. Celle de la maison de Savoie. Aujourd’hui centres touristiques et culturels, ces deux châteaux ont souhaité développer de nouvelles relations, voire nouer des collaborations.

Ainsi ont-ils mis sur pied un projet intitulé « Chillon et Ripaille : deux joyaux de la civilisation savoyarde » ; projet bénéficiant du soutien du fonds Interreg IV A France – Suisse, inaugurant conjointement le 8 juin 2011 des dispositifs muséographiques placés sous l’égide de Pierre II de Savoie, à Chillon, et sous celle d’Amédée VIII, à Ripaille.

Communiqué de presse du 16.10.2012: Deux joyaux de la civilisation savoyarde (51 KB)

Offre combinée Chillon-Ripaille:
Sur présentation du billet d’entrée de l’un des deux châteaux, un tarif préférentiel est accordé sur l’entrée de l’autre.

A Chillon :
Adulte : CHF 8.50 au lieu de 12.-
Réduit : CHF 8.50 au lieu de 10.-
Enfant : CHF 5.- au lieu de 6.-

LOCALISATION
Salle d’armes, salle n°14

SALLE D'ARMES

Parallèlement à la mise en service du dispositif audiovisuel en septembre 2010, une salle d’armes avec un fond sonore de bataille a été ouverte dans le donjon. Situé presque au centre du rocher de Chillon le donjon date probablement du XIe s.

Tour-refuge et symbole du pouvoir, le donjon servit aussi d’observatoire de défense, de résidence provisoire, d’entrepôt et, plus récemment, de prison et de magasin à poudre. Pour des raisons de sécurité, la porte du donjon, située en hauteur, n’était accessible qu’à l’aide d’une échelle ou par un pont-levis.

Le donjon a été surélevé une première fois à une date inconnue, puis une seconde fois au début du XIVe s. pour atteindre sa hauteur actuelle (env. 25 mètres).

Autrefois, seul le premier étage était habitable. Lors de la restauration du donjon au XXe s., des escaliers ont été ajoutés pour permettre l’accès au sommet, qui offre une vue à 360° sur le château et ses environs.

Billetterie en ligne