Maud, our new Heritage Conservation and Cultural Programming Manager

Article only available in French

En direct des coulisses du château de Chillon™, découvrez notre équipe de chic et de choc. Voici Maud Jenni-Hédiguer, notre talentueuse et polyvalente directrice de la Conservation patrimoniale et de la Programmation culturelle, férue du Moyen Âge et de son univers féérique et fantastique. En véritable scientifique, elle fait parler les objets du passé qui renferment leurs secrets. Zoom sur son interview et les objets anciens de Chillon!

Lise Leyvraz Dorier

Maud Jenni-Hédiguer, Directrice des Collections de la Fondation du Château de Chillon
© FCC Corinne Cuendet

1) Chère Maud, pourriez-vous vous présenter à nos lectrices et lecteurs?

J’ai 38 ans et suis maman de deux petites filles. Passionnée du Moyen Âge, j’ai une formation d’historienne, d’historienne de l’art et de muséologue. Cette époque, je l’ai adorée dès les années 80, alors que l’imaginaire fantasy se développait dans la littérature, le cinéma et la télévision. J’étais d’ailleurs fan de Conan le Barbare, de Willow et d’un ponte de la fantasy, J.R.R. Tolkien. Le Seigneur des Anneaux m’a beaucoup marquée autant pour les références historiques des cultures germaniques médiévales que pour l’amour du texte et de la langue.

Spécialisée dans la période que l’on nomme le « haut Moyen Âge », j’ai longtemps travaillé sur la thématique des Invasions Barbares (IIIe-VIe siècle). Cette période a entraîné un apport culturel gigantesque et des changements sociétaux importants dans ce que l’on appelle aujourd’hui l’Union européenne. Le système judiciaire issu du droit romain et des coutumes germaniques y perdure, ce qui permet notamment à mes yeux de comprendre d’où l’on vient. En 1000 ans d’histoire, j’ai découvert de véritables trésors et cela me conforte dans le fait que l’on ne peut pas juger le passé depuis notre présent. Il est aussi difficile de faire des comparaisons, mais ce que je trouve merveilleux avant tout ce sont les différentes philosophies et langues. J’ai également été interpellée par la relative autonomie et liberté des femmes dans les sociétés au cœur du Haut Moyen Âge, bien éloignée de l’image réductrice. La recherche scientifique, l’aspect fantasmagorique et le féérique ont avivé mon goût littéraire et furent une porte d’entrée au Moyen Âge. Ceci m’a donné envie de créer et de porter des costumes, puis de m’immerger dans des mondes à la saveur médiévale tels que Game of Throne.

En dehors de mes fonctions à la Fondation du Château de Chillon, je suis présidente de l’Association Coryphée (ndlr. chef de choeur dans les pièces de théâtre antique), qui organise des jeux de rôles grandeur nature, des animations événementielles et collabore avec des institutions culturelles dont Chillon.

Maud Jenni-Hédiguer, au coeur du château de Chillon™ dans le bureau de muséographie
© Fondation du Château de Chillon

2) Parlez-nous de votre fonction! Qu’est-ce que vous faites tous les jours au château?

Je suis un « couteau suisse » qui a monté les échelons en passant de guide, pendant mes études, à animatrice, médiatrice culturelle, responsable des Collections et depuis peu, directrice de la Conservation patrimoniale et de la Programmation culturelle. Le tout en 10 ans, pile poil ! Je m’occupe notamment des objets patrimoniaux, des contenus scientifiques et des projets d’expositions temporaires.

J’ai participé à un colloque universitaire, durant lequel l’historienne Claire Huguenin et moi-même avons présenté l’une de nos découvertes concernant le somptueux plafond à caissons de la salle du Châtelain de Chillon ; celui-ci ne fut pas le fait des ducs de Savoie au XVe siècle mais des baillis bernois au XVIe au siècle. Je suis donc la garante de la justesse des propos historiques dans les visites guidées, la communication, la muséographie et la médiation culturelle, notamment la quarantaine d’animations organisées tout au long de l’année pour les enfants, les ados et les adultes. J’aime le contact avec les visiteurs et pouvoir vulgariser le contenu scientifique en m’adaptant aux divers publics-cibles. Le château de Chillon™ est l’un des monuments suisses qui possède un public très large. Je rencontre par exemple, des visiteurs en provenance d’Asie qui ignorent le concept de « Moyen Âge » et aussi des professeur-e-s d’universités qui connaissent certains aspects mieux que moi. Je dois donc trouver plusieurs niveaux de lecture pour contenter tous les publics. D’ailleurs, je fais mes tests avec mon entourage qui s’y prête de bon cœur, heureusement !

 

© Fondation du Château de Chillon © FCC Laetitia Gessler © FCC Rémy Gindroz

J’adore également travailler avec les objets anciens. J’ai la chance de pouvoir en toucher avec précaution, ce qui créée chez moi une émotion indescriptible quand j’en ai entre les mains. Ils ont chacun une histoire, quelque chose à raconter et parfois un minuscule détail qui se révèle aux yeux les plus curieux.

Chaussures en cuir du XIVe siècle © Fondation du Château de Chillon

Dans nos réserves, mon objet préféré est une chaussure d’adulte en cuir datant du XIVe siècle. C’est un sentiment étonnant et humainement merveilleux de la côtoyer. Ce soulier est en très bon état, malgré tout le temps traversé jusqu’à nous. Il existe aussi un facsimilé d’une chaussure d’enfant. Les deux l’une à côté de l’autre font la paire et je trouve ceci tellement touchant. Cela m’a tout de suite fait penser à mes filles ! Ces souliers font partie des objets précieux trouvés au château, des objets archéologiques. Nous entretenons une collaboration très satisfaisante avec le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne. Je salue d’ailleurs le travail de Claire Huguenin, ancienne conservatrice qui est partie à la retraite. Dans les réserves, je réveille et sélectionne certains objets et selon les intérêts des expositions, les dévoile et les mets au jour du grand public. Comme la fameuse statue de St-Georges terrassant le dragon, exposée dans la chapelle ou comme les serrures à ferronnerie d’ornement dans le donjon ! Je suis à l’origine aussi de l’objet du mois sur notre site web pour le faire revivre d’une autre façon, cette fois-ci plus virtuelle. C’est un joli moyen d’en faire connaître et qui sait, peut-être de donner envie de venir en voir sur place à Veytaux / Montreux.

Maud Jenni-Hédiguer, dans la 3e cour du château de Chillon™ à côté de la fenêtre de la camera domini
© Fondation du Château de Chillon

3) Auriez-vous une anecdote à raconter ?

Une fois, quelqu’un m’a demandé si le château de Chillon™ était un vrai château ou si c’était une construction imaginée de nos jours… Car il lui semblait que c’était impossible de visiter quelque chose qui puisse dater de 1000 ans. C’est tellement merveilleux !

Maud Jenni-Hédiguer, dans la salle du Châtelain à côté d’un coffre… à trésor!
© Fondation du Château de Chillon

Online ticket office